Accueil > Culture, Humour, Job, Psycho > Objectif Zero-Sale-Con

Objectif Zero-Sale-Con

Après « le Principe de Peter » (1969) et « le Principe de Dilbert » (2004), le nouvel ouvrage de référence humoristique sur la vie en entreprise s’appelle « Objectif Zéro-Sale-Con » (The No Asshole Rule), de Robert Sutton.

Sutton n’est pas le genre de personne à utiliser les mots « sale con » à la légère : il est devenu professeur à Stanford après avoir quitté la Harward Business School dans des conditions qui lui ont donné l’idée du livre, et dispose donc a priori des moyens intellectuels permettant une analyse rigoureuse du problème.

La première étape consiste à faire le test « Etes vous un sale con ? ». En  forcissant le trait, je suis parvenu à un score de 3 que je considère comme acceptable, non ?

Sutton propose ensuite 10 commandements pour éviter d’être un sale con:

  1. Assumer son passé. C’est parfois héréditaire, et très difficile à combattre dans ce cas.
  2. Si les gens se sentent oppressés, humiliés ou rabaissés à notre contact, changer de comportement coûte que coûte.
  3. Ne pas rabaisser les gens moins puissants ( secrétaires, serveurs, hôtesses de l’air…)
  4. Combattre la tendance dès le départ. Personnellement je suis concient d’avoir été un « jeune con » vers 18 ans et m’être soigné après la remarque d’un vendeur de chez Miniper à qui je repense souvent au contact de « jeunes cons » de 30 ans qui n’ont pas eu cette chance : ils sont condamnés à devenir des « sales cons ».
  5. S’éloigner et rester à distance. Ne pas hésiter à quitter une situation pourrie : il est peu probable de pouvoir soigner un sale con (sauf s’il est très jeune), il est plus probable que vous descendiez à leur niveau.
  6. Agir comme un sale con est une maladie transmissible : si on répond à un sale con en se comportant comme lui, les autres penseront qu’il faut se comporter ainsi aussi.
  7. Toujours viser le « win-win ». Seuls les sales cons pensent qu’il faut un perdant pour un gagnant.
  8. Penser aux domaines ou vous n’êtes pas meilleur, voire plus mauvais que les autres. Penser qu’on est le meilleur transforme inévitablement en sale con. (et savoir qu’on est le meilleur ?😉 me fait penser à une géniale du Chat de Gelluck : « Mon pire défaut c’est de croire que je n’ai que des qualités. Ma plus belle qualité, c’est de connaitre mon pire défaut ! « )
  9. Penser à ce qui nous rapproche des gens, pas à nos différences.
  10. Se dire « j’ai assez de choses (argent, amis, voitures, n’importe quoi) ». Si on est heureux, pas envieux, on a aucune raison d’emm… les autres

Quelques pistes pour combattre les sales cons:

  1. Espérer le meilleur, mais se préparer au pire. Les sales cons vous décevront forcément, donc autant réduire vos attentes, vous serez moins déçus, mais en évitant de glisser dans le cynisme (pas sur d’avoir réussi…)
  2. Développer l’indifférence et le détachement. (pas sur : ça peut être mal interprété par les gentils)
  3. Chercher les petites victoires. Les sales cons veulent une domination totale, mais les petites victoires vous permettent de continuer à progresser, et peut-être de gagner la guerre (perdu)
  4. Dénoncez les. Sutton mentionne dans son blog le Marge’s Asshole Management Metric qui consiste à indiquer les personnes avec 1, 2 ou 3 doigts … (intellectuellement satisfaisant, mais pas assez efficace)
  5. Rééduquez. Pour les cons n’ayant pas atteint la certification ou l’état chronique, il peut être possible de leur parler calmement et d’essayer de les faire changer de comportement. A mon avis c’est peut-être possible avec les « jeunes cons » dont j’ai parlé plus haut, à condition que ce ne soit pas congénital, et de toutes façons le succès n’est pas garanti.
  6. Faire face. Apparemment contradictoire avec le commandement 5 « s’éloigner et rester à distance », mais efficace contre les sales cons occasionnellement rencontrés chez les clients par exemple.

Le résumé ci-dessus a été fait en traduisant partiellement cet excellent article du non moins excellent blog « How to Change the World » de Guy Kawasaki, mais il faut vraiment lire cet excellent bouquin.

Catégories :Culture, Humour, Job, Psycho
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :